Illustration : par Marylu E. Herrera

Cette semaine, une femme s’envole pour le Mexique pour s’éloigner de la ville (et de ses hommes) : 29 ans, célibataire, New York.

JOUR UN

8h Je me réveille au son de mon voisin qui crie après quelqu’un. Il est beaucoup trop tôt et j’ai la gueule de bois d’un trop grand nombre de mules moscovites hier soir.

9h30 du matin Je fais chauffer du bouillon d’os et fais sauter un Adderall avant de vérifier mes e-mails. Je gagne ma vie en travaillant à la pige pour des magazines et en faisant de la rédaction, et même si c’est agréable de faire mon propre emploi du temps, ces derniers temps, j’en ai assez de travailler à domicile et je ressens un certain malaise vis-à-vis de New York. Je cherche des billets aller simple pour le Mexique.

13h Je reçois un message sur Tinder de Sam, dont j’apprends qu’il est aussi écrivain. Pour une raison quelconque, j’hésite à sortir avec d’autres écrivains, mais nous plaisantons et il a l’air drôle. Nous nous donnons rendez-vous le soir.

20h Sam et moi sommes dans un bar de plongée dans le bas de Manhattan. Nous parlons de travail et de mes plans provisoires pour le Mexique avant de décider d’un endroit pour jouer au billard.

21h Je perds à la piscine, et l’éclairage ici est nul. Sam demande si je veux venir.

22h Sur le canapé, nous feuilletons quelques-uns de ses magazines avant qu’il ne se penche pour m’embrasser. Je commence à sentir les mains de Sam quand je m’écarte et lui demande ce qu’il cherche. Il s’arrête, l’air confus, et répond en disant qu’il est attiré par moi.

11 heures du soir Ne me sentant pas si excitée que ça, je termine le rendez-vous avec un taxi pour rentrer chez moi.

JOUR DEUX

10h Dieu, j’ai hâte de sortir de la ville. Je fais du café et fixe l’écran de mon téléphone : « Merci, votre voyage est réservé !suivi d’un message d’un gars sur Raya disant qu’il guérit d’une opération du nez et qu’il doit annuler nos plans pour ce soir. D’accord.

11h Mon niveau de sérotonine semble faible aujourd’hui. J’envoie un texto à mon ami Alex qui est à Mexico et divulgue mes plans pour chasser les couchers de soleil le long de la côte d’Oaxaca. Il vient me rejoindre quelques jours.

18h Je rencontre T, un de mes béguins de longue date. C’est le genre à avoir toujours eu une copine mais on va boire un verre amical de temps en temps. Aujourd’hui est l’un de ces jours.

20h Trois martinis espresso et je me sens dragueur. La tension est-elle réciproque ? Je ne peux jamais dire. T me raccompagne à la maison avant de nous séparer.

11 heures du soir Une connaissance m’invite à une soirée à Brooklyn. Je convainc T de venir. Nous faisons de la kétamine jusqu’à ce que la fête commence à être emballée.

1h30 T m’invite chez lui à Manhattan, où nous faisons encore plus de K.

Quelques heures plus tard, T me propose de rester pour la nuit. En regardant les prix de la flambée d’Uber, je demande à emprunter un T-shirt et à monter au lit avec lui. “Portez-vous toujours un T-shirt au lit?” il demande. Pour une raison quelconque, cela rend la situation plus innocente dans mon esprit. On s’endort en câlins.

JOUR TROIS

9h45 La gueule de bois, encore une fois. Je me dirige vers la salle de bain où les produits féminins sont exposés dans tous les sens. Ayant la nausée, je fais semblant d’oublier que T a une petite amie. Je retourne au lit et décide de ne pas poser de questions.

10h30 T me cuiller, et je glisse ma main sous les couvertures avant de me jeter sur lui. Je fais courir lentement ma langue de haut en bas sur sa bite, le taquinant. À mi-chemin, je lève les yeux et m’arrête pour m’excuser. “Non,” gémit-il, rassemblant mes cheveux en queue de cheval. “Ne t’arrête pas.” Au bout d’un moment, je le laissai entrer dans ma bouche. Soudain, je n’ai plus la gueule de bois.

11h Plus de câlins pendant que T fait défiler les nouvelles sur son téléphone. Je m’habille, l’embrasse au revoir et me vois dehors.

14h Faisant mes bagages pour le Mexique, je rejoue les dernières 24 heures dans ma tête, souhaitant que T m’ait baisé avant mon départ.

17h Je reçois un texto de T. “Porter la chemise qui sent comme toi.”

20h Je passe la soirée à faire de l’agneau braisé et j’invite un ami qui vient de Berlin pour un concert de mannequinat.

JOUR QUATRE

12h Après un vol de cinq heures depuis JFK, j’atterris à l’aéroport de Mexico et envoie un SMS à Alex, qui est déjà à Oaxaca. Mon vol de correspondance est dans deux heures.

16h45 Longue journée de vols consécutifs, mais au moins je suis arrivé ici pendant que le soleil est encore levé. Je me suis peut-être ivre ou non pendant le trajet en avion. Il fait putain de chaud. Je vais chercher un taxi.

17h20 J’arrive à notre hôtel et Alex me salue avec une étreinte moite et flamboyante. Nous nous rattraperons après que je sois installé, dit-il, et il me laisse déballer.

19h Nous nous dirigeons vers l’intérieur des terres pour les tlayudas et les cervezas. Alex est gay, mais l’idée qu’on puisse ressembler à un couple me traverse l’esprit. Et si nous nous bloquions accidentellement pendant ce voyage ?

20:00 Sur le trajet du retour en taxi, je matche avec un mignon Ukrainien de 29 ans sur Tinder que j’appellerai K. Il est ici en vacances et me dit qu’il reste à quelques kilomètres de notre hôtel. Nous prévoyons de nous rencontrer demain soir.

JOUR CINQ

10h Alex travaille dans un café, alors je pars à la plage pour une journée de bronzage en solo. Yay! Mes craintes d’être bloqué par le coq sont momentanément apaisées. Il fait 85 degrés et c’est magnifique.

18h Me sentant adorable dans ma nuisette fleurie, je décide de ne rien porter d’autre. Alex me souhaite bonne chance pour mon rendez-vous et me dépose à l’entrée d’un skate park.

18h15 Un garçon bronzé aux longs cheveux blonds me regarde dans les yeux et me dit bonjour. Normalement, je n’aime pas les blondes, mais ce type est magnifique. Il y a un bar dans ce skatepark au hasard et il propose de m’acheter une piña colada, ma préférée. Nous parlons longuement et apprenons que nous avons des goûts musicaux similaires.

20h Nous finissons par nous embrasser et trébuchons sur son Airbnb à quelques pâtés de maisons du bar. Levant ma chemise au-dessus de ma tête, il me porte jusqu’à la chambre. Il fait chaud ici. Il cherche un préservatif pendant que j’enlève son pantalon. Je sens ses cheveux effleurer ma cuisse alors qu’il passe sa langue sur mon clitoris. Je le supplie de me baiser et il se redresse pour s’enfoncer entre mes jambes. Le tout est terminé en moins de dix minutes et nous nous effondrons dans le sommeil.

JOUR CINQ

4 heures du matin Je me réveille en gémissant, transpirant de douleur. Je me rends compte que j’ai une intoxication alimentaire. Tâtonnant pour la salle de bain, K me demande si je vais bien.

je suis aux toilettes. Mourant. Pour ce qui semble être des heures. Littéralement, je pourrais aussi bien mourir parce que ce garçon peut tout entendre.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi. UGGHHH !!!! ARRÊTEZ-MOI.

7 h K se réveille (s’il a dormi) et se prépare pour sa journée. Il me laisse me tordre dans son lit un peu plus longtemps avant que je ne m’éclipse de honte.

10h Se sentir récupéré mais pas d’humeur à travailler. Je repousse certains délais à une autre semaine.

11h K m’envoie un texto pour me demander comment je me sens et si j’aimerais le rejoindre à la plage. Enthousiasmée, je réponds oui et enfile mon bikini.

11h30 du matin “Pas de piña coladas aujourd’hui ? blagues K. Il offre une bouchée de son taco noix de coco-crevettes. Je refuse.

Il me pose des questions sur mes problèmes et mes relations antérieures. Je lui parle d’une expérience de plan à trois ratée, et que je n’ai jamais eu d’orgasme facilement que lorsque j’ai eu des relations sexuelles avec d’autres femmes. J’entre dans certains des doutes que j’ai au sujet de la monogamie.

Il fait une longue pause et dit qu’il a quelque chose à me dire. Il admet qu’il est dans une relation nouvellement ouverte, avec sa petite amie de six ans qui vient également d’Ukraine. Ils vivent à Mexico depuis deux semaines depuis qu’ils ne peuvent pas rentrer chez eux.

J’agis sans être dérangé par la nouvelle étant donné que je ne suis ici que pour quelques jours, et je ne m’attendais pas à le voir après la nuit dernière de toute façon.

11 heures du soir Toujours à la plage avec K. Nous partons nous promener au clair de lune avec une part de gâteau. Romantique. Avons-nous vraiment passé toute la journée ensemble ? Nous nous embrassons, les genoux profondément dans l’eau, ses mains glissant sur mon paréo. Nous décidons de retourner dans son Airbnb. Une fois sur place, je me rends compte que mon téléphone a disparu. L’avais-je laissé tomber quelque part sur la plage ? Merde.

1h du matin Je me connecte à Localiser mon iPhone à partir de l’ordinateur portable de K, mais mon téléphone n’a aucun signal. Après être revenu sur nos pas sur la plage pendant quelques bonnes heures, il me propose de rester et d’essayer de regarder à nouveau le matin. Il est fatigué, ce qui veut dire pas de baise ce soir. Tant pis.

JOUR 6

8h À la plage, où les hommes me crient « bonjour ». Je les ignore. Aucune vue de mon téléphone.

13h Commandez un nouveau téléphone à expédier à New York et envoyez quelques e-mails professionnels. J’ouvre Instagram sur mon ordinateur portable et vois un DM de K, qui me demande si je veux me revoir. Cette fois, j’invite Alex.

14h30 K est étrangement silencieux aujourd’hui et n’établit pas beaucoup de contact visuel avec moi. Cependant, il semble bien s’entendre avec Alex. Hum. Je laisse les deux garçons faire trempette avant de me diriger vers le bar.

15h15 Je vois K flirter avec une autre fille. Grossier.

Pourquoi ne me parle-t-il pas ? Est-ce parce que j’ai eu une intoxication alimentaire lors de notre premier rendez-vous ? Peut-être qu’il s’inquiète pour sa mère… ou peut-être que sa petite amie lui manque ? Je prends un comestible dans mon sac pour me calmer.

16h45 K demande si nous pouvons aller nous promener. Je dis bien sûr, oubliant que je suis très défoncé !

19h Avant de partir pour la nuit, il avoue qu’il a peur que je sois trop attaché. Je suis pris au dépourvu mais légèrement amusé. En riant, je lui dis que je n’aime pas les blondes et qu’il n’a rien à craindre. Il s’excuse un peu avec hésitation, disant qu’il est content que nous ayons parlé avant de dire au revoir.

JOUR SEPT

9h Dernier jour ici. Alex soigne une gueule de bois au bord de la piscine et m’informe que K a balayé Tinder à la plage hier. Pourquoi m’inviter à la plage juste pour m’ignorer ?

9h30 du matin Confus, j’écris à K pour lui dire que j’ai aimé le rencontrer mais que je lui souhaite bonne chance. La vengeance de Montezuma et un téléphone manquant pour pas même un seul orgasme ? Non merci.

10h35 Il répond par une autre excuse, disant qu’il est contrarié.

Je ne veux pas arrêter de te voir, ne te méprends pas. Cela a été spécial. Je veux juste m’assurer que nous pouvons garder ce sentiment amusant et décontracté. Déjeuner? 😉

11h30 du matin Au petit-déjeuner avec M. Don’t Get Me Wrong. Il est très gentil avec moi aujourd’hui. Le simple fait de le regarder m’excite, ce qui est tellement injuste. Comment ai-je passé tout mon voyage avec lui ?

Nous trouvons des lits près de la plage pour nous allonger ensuite.

18h55 Mon dernier coucher de soleil. Je me rappelle que je ne suis là que pour ça. K m’invite dans son Airbnb avant de rentrer à l’hôtel.

Il met une alarme pour que je ne rate pas mon taxi, puis va ouvrir la douche. J’enlève mon maillot de bain et le rejoins. Je frissonne alors qu’il me rapproche de moi, me frottant pendant qu’il me savonne avec du savon et son érection pressée contre moi. À peine essuyé, il me porte sur le lit. Grimpant sur mon corps nu, il pose mes poignets sur ma tête et enfonce sa langue dans ma gorge. Puis il me penche et se glisse lentement en moi, puis plus vite, jusqu’à ce que je lui dise de ne pas encore venir. Il couvre ma bouche de ses mains et continue de pousser. L’alarme se déclenche, que nous ignorons, et je me sens jouir.

Presque.

19h50 Après m’être habillé, K me raccompagne et m’aide à trouver un véhicule pour rentrer à l’hôtel. Nous nous serrons les coudes avant de monter dans mon taxi, les joues rouges comme des couchers de soleil roses alors que je regarde le chemin de terre poussiéreux qui traîne derrière moi.

Vous voulez soumettre un journal sexuel? E-mail sexdiaries@nymag.com et parlez-nous un peu de vous (et lisez nos conditions de soumission ici.)


Source link