« Rencontre de train » par funkyka

Nous sommes dans le train ensemble et à 15 minutes de votre arrêt, vous me baisez le cul sur les toilettes pour relâcher votre pression matinale. Dick au fond de mon cul, me penchant et tenant mon cou à deux mains, tu restes juste profondément. Vous baisez dur jusqu’à ce que vous déchargez.

Tu me tire les cheveux, tout en tirant ton sperme chaud dans mon cul. Lorsque votre bite est sortie, vous poussez le plug anal à la place. Vous me giflez en remontant votre pantalon, puis dites-moi qu’il devrait rester jusqu’à ce que nous nous rencontrions ce soir.

Tu me montres un mot qui a été glissé sous la porte pendant que tu me baisais. Ça vient d’une fille qui nous a vu entrer ici et qui nous a entendu à travers la porte. Ses mots lus “J’aimerais un peu de ça”. Elle a bien sûr ajouté son numéro de téléphone.

Tout au long de la journée, tu m’excites comme une bonne salope. Tu m’envoies par SMS les choses que tu sais me rendre fou. Dans l’après-midi, tu dis que tu as une surprise pour moi.

Nous reprenons le même train après le boulot, tu m’ordonnes de t’attendre dans la salle de bain, tu me rejoins et tu répètes exactement la même chose que ce matin en me disant que tu dois rafraîchir le foutre dans ton bidon à foutre. Vous m’utilisez jusqu’à ce que vous jouissiez, sortez, remettez le plug en place, retournez-moi et dites que vous avez hâte d’avoir une série de trous supplémentaires ce soir. Ma mâchoire tombe, et vous savez clairement quel type de surprise cette fille aime.

Nous sommes à la maison et tu es toujours extrêmement excitée. Je mets une robe courte noire, laissant le slip de côté. Tu m’ordonnes d’aller sur les 4, à côté du lit. Vous attachez mes jambes et mes poignets et mettez le collier autour de mon cou. Votre téléphone sonne, vous sortez et prenez l’appel. J’entends alors la porte se fermer et vous entrez avec l’invité du soir. Elle ne semble pas surprise de me voir et je ne suis pas surpris de la voir. Vous lui demandez tout de suite de quoi elle veut un morceau et elle commence à vous embrasser pour vous montrer. Passe ses doigts sur ta bite, déjà dure, et elle dit “un morceau de ça”.

Vous dites que ce n’est pas comme ça que ça marche. Vous la forcez à se retourner, à vous pencher, à remonter la jupe pour baisser sa culotte et à votre grande surprise, elle n’en a pas. Tu me regardes dans les yeux, tu sors ta bite, tu crache sur sa chatte puis tu la pousses fort dans son cul en gémissant “tu veux toujours embrasser ?”. Elle se retourne surprise par ce qui vient de se passer, ne sachant pas si elle doit le combattre ou le lâcher prise, un mélange de non et de gémissement. Vous sortez, tournez-la, embrassez-la un peu, puis dites « Je ne suis pas amoureux ».

Tu marches vers moi et tu me donnes ta bite à sucer proprement tout en la touchant pour découvrir son corps. Tu la mets au bord du lit, tu me mets sur le dos par terre. Tu baises ma bouche tout en mangeant sa chatte et son cul, les doigts pinçant et tirant ses mamelons. Vous vous écartez et vous dites : « ok, salopes, c’est l’heure de faire la queue.

Alors, on se retourne et on s’expose à quatre pattes. Vous aimez de plus en plus voir sa chatte à cause du contraste entre sa peau foncée et ses lèvres roses. Nous sommes face à face, vous nous ordonnez de nous embrasser et vous regardez un bref instant puis marchez derrière elle et crachez sur sa chatte en disant “enfin une vraie chatte rose”. Vous commencez à manger sa chatte sauvagement. Je peux entendre ta langue et tes lèvres, le léchage grossier, la succion et les gémissements de plaisir.

J’entends aussi tes mains sur son cul, claquant serrant et découvrant comme si tu étais dans un magasin de bonbons. Nous continuons à nous embrasser jusqu’à ce qu’on nous dise différemment et nous en profitons. Sa langue et la mienne taquinent et jouent, ses lèvres douces s’embrassent et goûtent pendant que tu continues à manger sa chatte.

Tu te lèves, je vois ta bite battre fort, toujours derrière elle tu crache sur son cul, son jus couvre ton menton, tu l’as fait dégouliner et tu aimes ça, je vois ce regard de plaisir dans tes yeux. On dirait que tu ne peux plus résister, une pression suffit pour que ta bite disparaisse dans son cul ! D’où tu es, tu nous regardes nous embrasser encore pendant que tu baises son cul. Une fois qu’elle est bien tendue, on sent que sa chatte est encore plus humide.

Tu m’ordonnes de me retourner et de lui donner mes trous pour gémir pendant que tu continues à la baiser et à la regarder. Et ainsi de suite, quand tu baises son cul, elle lèche le mien. Lorsque vous échangez sa chatte, elle échange pour manger la mienne. Cela continue jusqu’à ce que vous en ayez marre et que vous nous demandiez d’échanger.

Tu commences à marteler ma chatte pendant que je lèche la sienne, je te goûte dessus, ses trous sont si ouverts à cause de la façon dont ta bite les a ravagés. Vous voyez aussi cela et cela vous rend fou. Cette chatte rose avec ma langue dessus, et ce cul ouvert qui en redemande.

Vous sortez de moi immédiatement et m’ordonnez de continuer à lui lécher la chatte. Vous venez alors entre nous, et recommencez à chevaucher son cul. Vous n’avez pas pu résister à cause de son apparence et de la façon dont il appelait votre bite. Tu me fais lécher tes couilles et ton cul aussi. Du coup, tu dis que tu en as assez de moi et que tu veux te concentrer sur cette nouvelle trouvaille.

Vous sortez de son cul, attachez le collier autour de mon cou, tirez-moi vers votre bite et mettez-le dans ma bouche pour que je le suce avant de m’attacher au bureau « en me mettant de côté ». Vous m’ordonnez de ne pas cligner des yeux et de regarder et d’apprendre.

Vous la baisez pendant plus d’une heure, chaque trou de toutes les manières possibles à explorer, découvrir et apprécier. Comme la salope que tu es. Puis pendant une demi-heure, tu la fais attacher aux menottes qui sont sur le lit, les jambes également attachées en l’air. Le dos et le cul levés, le trou du cul et la chatte exposés pour que vous puissiez monter de haut. Vous pilonnez tous les trous, asseyez-vous sur son cul, sa chatte et son visage. Juste baiser profondément et sauvagement comme vous le souhaitez.

Vous tirez fort sur mon collier alors qu’à un rythme très élevé dans son cul, vous poussez ma tête sur sa chatte et appuyez ma tête dessus en disant qu’il est temps de nettoyer pendant que vous continuez à baiser son cul très fort. Elle a l’air usée, maltraitée, vidée, suspendue, cédant, dégoulinant de maquillage, mais l’image complète à côté des lèvres roses ne fait que la rendre encore plus baisable pour vous.

Et donc tu ne t’arrêtes pas, me faisant étouffer sur sa chatte et enterrant ta bite dans ce cul jusqu’à ce que tu commences à jouir. Vous lui donnez quelques gouttes puis retirez et déchargez dans ma bouche, votre récipient à sperme.

Pendant que ta bite est encore dure, tu la pousses dans mon cul et tu restes dedans, reprenant ton souffle jusqu’à ce que ton érection disparaisse. Puis tu le fais nettoyer avec ma bouche, tout en me giflant.

Pendant ce temps, vous la regardez avec un sourire arrogant alors que vous la détachez et dites “putains de salopes”.


Source link