Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
(L à R) Seymour Krelborn (Anthony Nannini) remarque que le Dr Orin
Scrivello, DDS (Kellen Green), a des problèmes
avec du gaz hilarant.

Il y a une nouvelle production incontournable dans la vallée de Coachella : la présentation de LITTLE SHOP OF HORRORS par Desert Theatreworks, le mélange musical rock de comédie, d’horreur et de science-fiction, avec la musique de Alain Menken et livre et paroles de Howard Ashman. La mise en scène, le jeu d’acteur, le chant, la danse, les marionnettes et la qualité technique globale en font un après-midi ou une soirée de divertissement agréable.

Je suis peut-être le premier à comparer LITTLE SHOP OF HORRORS à HAMLET, mais ils sont en effet similaires d’une certaine manière : le nombre de corps est à travers le toit. L’histoire est violente et dans des endroits assez sombres, mais la présentation est tellement amusante qu’il est facile de rire pendant la majeure partie du gore, à une exception possible. Plus précisément, j’ai trouvé une scène de démembrement représentée dans l’ombre derrière un écran un peu énervante, malgré les rires, car cela me rappelait le meurtre de Khashoggi.

Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
Les Ronettes (LR), Chiffon (Jessica Schuler), Crystal (Stephanie
Jauregui et Ronny (Malcolm Stanley Wolfe)

L’histoire implique le nebbishy Seymour Krelborn (le multi-talentueux Anthony Nannini), qui travaille chez Mushnik’s Skid Row Florists avec Audrey (la tout aussi multi-talentueuse Cydney Krone), dont il est secrètement amoureux. Pour faire court, Seymour découvre un attrape-mouche de Vénus dont il ne sait pas encore qu’il a besoin de sang pour prospérer. Seymour la nomme Audrey II (voix de Keisha D, marionnettes de Jeremiah Garcia). Les problèmes commencent lorsque la plante passe d’une jolie petite pousse à un monstre gigantesque qui grogne “nourris-moi!” Audrey II, au fur et à mesure qu’elle grandit, a besoin de plus en plus de protéines, mais les steaks ne sont pas du tout ce que la plante a en tête.

Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
(LR) Mouchnik (Shel Safir), Audrey (Cydney Krone) et
Seymour (Anthony Nannini).

Le casting mérite des félicitations particulièrement enthousiastes pour leur brillante exécution de la partition difficile. Plusieurs des chansons sont des duos et des trios contrapuntiques où chaque chanteur doit tenir sa propre mélodie contre un ou plusieurs chanteurs exécutant d’autres mélodies simultanément – une tâche particulièrement difficile où la musique se compose de pistes préenregistrées et il n’y a pas de pianiste ou de chef d’orchestre pour aider à couvrir une erreur. Pourtant, ce casting réussit parfaitement la musique difficile.

Le chœur grec qui sert de narrateur à la comédie musicale – les “Ronettes” – dans cette production se compose de deux femmes et d’un homme, au lieu des trois femmes attendues. Malcom Stanley Wolfe joue Ronny d’une manière délicieusement exagérée. Ses deux acolytes plus sérieux, Chiffon (Jessica Schuler) et Crystal (Stephanie Jauregui), comme M. Wolfe, sont d’excellents danseurs et chanteurs. J’ai beaucoup apprécié le contraste vocal entre les femmes de la distribution; Mme Jauregui et Mme Krone ont chacune une ceinture de premier ordre, tandis que Mme Schuler et la chanteuse de jazz Keisha D ont des voix d’alto plus traditionnelles. Comme les hommes, les quatre femmes ont de forts talents vocaux.

Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
Seymour tient la petite Audrey II, tandis que les Ronettes décrivent une éclipse.

Les trois interprètes masculins en vedette interprètent la majeure partie de la comédie, en particulier la comédie physique. M. Nannini, un danseur expérimenté et talentueux à la voix mélodieuse, est bien connu du public de Coachella Valley, pour une bonne raison. Sa gamme d’acteur est excellente; Je l’ai vu pour la dernière fois dans un rôle sérieux et non musical, et ici, sa musique, sa danse et sa comédie sont superbes. Son duo avec Mme Krone, “Suddenly Seymour”, est touchant et doux.

Le réalisateur Richard Marlow laisse Shel Safir lâche de dépeindre le louche M. Mushnik comme un Tevye mal intentionné, jaillissant en yiddish (l’une des innovations de la production) et, bien qu’il ne se dispute pas tout à fait avec Dieu comme le fait Tevye, se plaint au moins du “boychik” (Seymour) qu’il accueilli à contrecœur dans son enfance. Son duo à l’ancienne avec M. Nannini dans “Mushnik and Son” est superbe. En tant qu’amateur de Yiddishkeit, j’ai adoré la performance de M. Safir.

Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
Le Dr Oren Scrivello, DDS, torture Adriana Reyes.

Le dernier acteur chantant et dansant est Kellen Green, qui joue Orin, le petit ami odieux d’Audrey, ainsi que divers personnages mineurs. Orin est accro au protoxyde d’azote et au BDSM, et n’a apparemment jamais entendu le terme “sûr, sain d’esprit et consensuel”. Audrey continue de se présenter avec des blessures, et les Ronettes, Seymour et même M. Mushnik la pressent de quitter son amant violent. On ne penserait pas qu’un chauvin masculin répulsif comme Orin puisse faire rire à l’âge de #MeToo, mais le réalisateur Marlow et M. Green font exactement cela, en faisant d’Orin une sombre parodie de Elvis Presleyavec une perruque pompadour scandaleuse et des mouvements de taille suggestifs.

Dernier point, mais non des moindres, Jeremiah Garcia (qui joue également du vin dans les premières scènes) est le marionnettiste qui dirige la grande Audrey II grincheuse. Il fait du bon travail bien qu’il ait d’abord appris la marionnette pour ce spectacle. Il permet de suspendre facilement l’incrédulité et d’embrasser le récit selon lequel Audrey II est un méchant prédateur déterminé à tuer et à dominer le monde.

Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
Audrey II grandit, grâce à une alimentation riche en protéines.

Outre les performances, les aspects techniques de la production sont remarquables. La conception de décors modulaires de Toby Griffin est astucieuse. La conception des costumes de Rebecca McWilliams, en particulier pour l’humaine Audrey, est juste ce qu’il faut de suggestif et d’innocent. (Mme McWilliams est également la directrice de production). Et le costume de Ronnie (il est le mâle Ronette) est une huée. La conception de l’éclairage, du son et de la projection de Jeff Mazer est fabuleuse. Et je veux vraiment rendre hommage aux perruques et aux coiffures loufoques (conçues par Steven Richardson) et au maquillage aux multiples talents de Tess Phillips. (Y a-t-il quelque chose que Tess ne peut pas faire ?)

La régisseuse Adriana Reyes joue une malheureuse patiente d’Orin. Le reste de l’équipage est composé de Lance Phillips (directeur artistique), Ron Phillips (PDG et producteur), Adriana Reyes (régisseur et accessoires), Douglas Wilson (directeur musical), Violet Feath (chorégraphe), Stephanie Jauregui (capitaine de danse), Maddox Phillips (opérateur du son) et Tess Phillips et Lola Reed (équipe de suivi et coulisses). Chacun d’eux a également fait un travail fantastique avec ce spectacle – en fait, il n’y a pas de maillon faible dans toute la production.

Revue BWW: Desert Theatreworks a monté une production incontournable de LITTLE SHOP OF HORRORS
Audrey II montre les dents.

LITTLE SHOP OF HORRORS mérite de se vendre, alors achetez des billets tôt pour vous assurer de pouvoir entrer. Le spectacle, qui est un PG-13 difficile, se déroulera jusqu’au dimanche 10 avril, avec des représentations du jeudi au samedi à 7h30. pm, et le dimanche à 2 pm Toutes les représentations ont lieu au Indio Performing Arts Center, 45175 Fargo Street, Indio, CA 92201. Vérifiez les informations d’achat de billets sur www.dtworks.org pour des prix spécifiques ou appelez le (760) 980-1455.

Une preuve de vaccination contre la COVID-19, physique ou électronique, peut être exigée pour assister aux spectacles DTW pendant la saison 2021/2022.

La dernière offre de la saison est GUESS WHO’S COMING TO DINNER, Movie Adaptation (22 avril-8 mai 2022). En 1967, Joanna rentre chez elle à San Francisco avec la nouvelle passionnante qu’elle est fiancée à un médecin. Le seul problème est que les deux futurs beaux-parents s’opposent au mariage parce qu’elle est blanche et qu’il est noir.

CRÉDIT PHOTO : Paul Hayashi


Source link